IMAGERIE

SCANNER

tomodensito-
métrie

L’image tomodensitométrique est obtenue à partir des mêmes contrastes fondamentaux que la radiologie conventionnelle. Le mode d’acquisition des images est cependant extrêmement différent : un faisceau de rayons X et une couronne de détecteurs tournent autour du corps du patient et enregistrent une série d’histogrammes correspondant aux profils d’atténuations des tissus de la coupe examinée suivant plusieurs projections.

Après l’acquisition, les images scannographiques sont traitées pour obtenir des coupes dans des plans anatomiques différents et aussi des reconstructions appelées tridimensionnelles car elles donnent une image en relief.

En moyenne un scanner correspond à 5 années d’irradiation naturelle.
L’acquisition des images est très rapide au scanner. En pathologie viscérale
et lors d’un scanner cérébral, il est fréquent d’injecter un produit de
contraste iodé par voie intraveineuse. Ce produit permet de bien voir les
vaisseaux et d’analyser de façon précise les tissus.La manipulatrice met en place un cathéter
dans une veine du bras puis on utilise un injecteur pour injecter le produit de contraste
avec un débit continu. Cette injection peut parfois entraîner une sensation de chaleur passagère.
Le produit de contraste peut entraîner une réaction allergique dans de très rares cas.

Le scanner a pour indications principales :

GENOU

– Les fractures avec enfoncement articulaire
– Les syndromes rotuliens pour évaluer les anomalies
morphologiques de l’appareil extenseur
– Le bilan diagnostique des tumeurs osseuses

HANCHE, BASSIN, CUISSE

Le scanner simple est indiqué pour la recherche de
fractures non vues sur les radiographies simples ou
dans le bilan de tumeur osseuse.

Chevilles et avant-pieds

– Le bilan diagnostique des fractures occultes,
– Le bilan préthérapeutique des fractures,
– Le bilan diagnostique des tumeurs osseuses afin
de mieux analyser la matrice tumorale et l’atteinte de la corticale osseuse.

Epaule

–    Le bilan des fractures céphalotubérositaires
–    Le bilan diagnostique des tumeurs osseuses
afin de mieux analyser la matrice tumorale et
l’atteinte de la corticale osseuse
–    L’étude de l’orientation de la glène
–    L’étude du capital osseux disponible avant une
prothèse totale de l’épaule

poIgnet, main, doigts

Le scanner simple est indiqué pour la recherche de fractures
non vues sur les radiographies simples ou dans le bilan de
tumeur osseuse.

cheville et pied

–    Le bilan des fractures de l’acetabulum
la mesure de l’antéversion du col fémoral
–    Le bilan diagnostique des tumeurs osseuses afin de
mieux analyser la matrice tumorale et l’atteinte de la
corticale osseuse

ARTHRO-
SCANNER

On injecte dans une articulation un produit de contraste iodé avant le scanner afin de pouvoir analyser les structures osseuses, les cartilages, les ménisques au genou, les ligaments au niveau de la cheville ou du poignet, les tendons de la coiffe des rotateurs ou le bourrelet glénoïdien ou rechercher des corps étrangers interarticulaires.

Le produit de contraste est injecté par le radiologue en salle de radiographie et le scanner est réalisé dans la foulée. Lorsque l’injection est réalisée par des radiologues expérimentés elle est peu douloureuse et le geste très rapide. Le patient n’est piqué qu’une fois. Les patients allergiques sont prémédiqués (traitement par antihistaminiquse trois jours avant l’arthrographie).

GENOU

–    Le bilan d’une lésion ostéochondrale
–    La recherche de corps étrangers intraarticulaires
–    L’étude des ménisques opérés
–    L’étude précise des cartilages articulaires
–    L’étude des prothèses de genou où les artefacts
métalliques gênent l’interprétation en IRM.

A noter que dans la plupart des cas, une simple agrafe de
ligamentoplastie n’empêche pas la réalisation de l’IRM.

CHEVILLE, AVANT-PIED

–    Le bilan d’instabilité d’un fragment ostéochondral
–    La recherche de corps étrangers intraarticulaires car l’injection de produit de contraste ouvre les différents recessus articulaires et délimite les corps étrangers,
–    L’étude précise des cartilages articulaires.

Clinique Paris Lilas – 41-49 avenue du Maréchal Juin – 93260 Les Lilas – Accueil standard : +33 (0)1 43 62 22 22