CHIRURGIE

ORTHOPÉDIQUE

HANCHE

Arthrose de
la hanche

La hanche correspond à l’articulation entre le bassin et le fémur. La partie supérieure du fémur constitue une tête qui coulisse dans une cavité du bassin appelée cotyle. Les surfaces articulaires de glissements sont recouvertes de cartilage. L’arthrose est l’usure du cartilage présent au niveau des surfaces de glissement. Cette usure s’accompagne aussi de remaniements de l’os de la tête du fémur et du cotyle. Ces modifications occasionnent des douleurs au niveau de la hanche ainsi qu’un enraidissement et une boiterie à la marche.

PROTHÈSE
DE LA HANCHE

Le but de la prothèse totale de la hanche est de remplacer les zones d’os et de cartilage qui sont usés par des pièces artificielles ayant les mêmes formes. Après avoir réalisé une incision pour accéder à l’articulation, la tête fémorale est enlevée, puis l’os du fémur et du cotyle sont préparés pour recevoir la prothèse.

La prothèse comporte deux parties : la cupule qui est une partie hémisphérique creuse implantée au niveau du bassin, et la tige avec une bille qui est implantée au niveau du fémur. La bille remplace la tête du fémur et s’articule avec la cupule. C’est une intervention qui dure en moyenne 1 heure. Elle nécessite une hospitalisation d’environ 5 jours. La prothèse totale de la hanche peut être réalisée sous rachi-anesthésie ou bien sous anesthésie générale.

Les résultats de cette opération sont très encourageants puisqu’on retrouve une disparition souvent spectaculaire des douleurs ainsi qu’une récupération rapide de la marche. Il est préférable d’éviter les travaux de force et les sports violents car ses activités peuvent accélérer l’usure de la prothèse. La durée de vie moyenne d’une prothèse de hanche est d’environ 20 ans.

RISQUES ET COMPLICATIONS

Hématome

Il est possible que la zone opérée saigne après l’intervention et qu’il se forme un hématome. En fonction de l’importance du saignement, une évacuation de l’hématome ou une transfusion peuvent s’avérer nécessaires.

Perte de sensibilité

Les nerfs qui entourent la hanche peuvent être accidentellement blessés occasionnant une perte de la sensibilité ou de la motricité de certaines parties de la cuisse ou de la jambe. Cette complication reste exceptionnelle.

Infection de la prothèse

La survenue d’une infection de la prothèse, bien que rare (risque inférieur à 1 % dans notre établissement), est une complication sévère puisqu’elle peut nécessiter le changement de la prothèse ainsi qu’un traitement antibiotique de longue durée. Quand elle est détectée rapidement, un simple lavage de la prothèse et une mise sous antibiotiques peut être suffisante.

Caillots de sang

Des petits caillots de sang solidifié peuvent se former et se coincer dans les veines des jambes occasionnant une phlébite. Afin de prévenir cette complication, un traitement anticoagulant est prescrit et des bas de contention sont portés pendant plusieurs semaines. La prothèse de hanche peut se déboîter lors de certains mouvements extrêmes. De nouveaux procédés minimisent considérablement ce risque à moins de 1% des cas.

rééducation

Le lendemain de l’intervention, le kinésithérapeute vous lève et vous aide à marcher. Des cannes peuvent vous être utiles au début. Il n’est pas indispensable d’aller en centre de rééducation après l’hospitalisation.
La reprise du travail survient en général après le 1er mois et cela en fonction de votre profession. Les activités sportives débutent progressivement après le 1er mois.

Clinique Paris Lilas – 41-49 avenue du Maréchal Juin – 93260 Les Lilas – Accueil standard : +33 (0)1 43 62 22 22